9 clips pour tout comprendre

Face à la violence au travail, que peuvent faire les médecins ? Merci au Dr Jacques Roux d’avoir réalisé, à partir de ses discussions avec le Dr Rodriguez, cette série de vidéos de quelques minutes chacune !

N°1 – Qui sommes nous ?

Un psychiatre d’exercice public : le Dr RODRIGUEZ Jean, psychiatre poursuivi par le Conseil de l’Ordre des médecins. Un psychiatre d’exercice privé : le Dr ROUX Jacques, psychiatre poursuivi par ses questionnements sur les conditions politiques de son exercice médical.

N°2 – Introduction

Situe l’ensemble de ces vidéos dans le cadre de la pathologie psychique au travail.

N°3 – La souffrance au travail

Spécificité de la souffrance au travail.

N°4 – Certifier une pathologie ou un symptôme ?

Le Conseil de l’Ordre n’admet en tant que certificat que celui d’un symptôme alors que les médecins s’intéressent à la pathologie.

N°5 – Saisine par l’employeur du Conseil de l’Ordre

Le Conseil de l’Ordre ne peut agir que sur plainte, habituellement d’une victime d’un acte médical, mais ici, paradoxalement, du responsable de la pathologie.

N°6 – Les trois obstacles

On peut constater trois obstacles à la reconnaissance des pathologies du travail : le conseil de l’Ordre, les caisses de Sécurité Sociale, les tribunaux de la Sécurité sociale.

N°7 – Le secret médical au service de qui ?

Les médecins entre obligation de signalement et devoir de réserve.

N°8 – Les groupes de parole thérapeutiques

Pourquoi sont-ils si peu employés dans le domaine de la souffrance au travail ?

N°9 – Cotisations : le nerf de la guerre

La question essentielle en dernière instance est celle de savoir qui paye pour ces pathologies du travail : la collectivité ou le patronat ? Où l’on comprend la résistance de certains à assumer leurs responsabilités…

Une réflexion au sujet de « 9 clips pour tout comprendre »

  1. RANIERI Marie-Katia

    Je tiens à exprimer tout mon soutien et mes vifs remerciements au Docteur Rodriguez, pour le courage et l’engagement de cet homme qui ne renie ni son humanité ni son professionnalisme devant le fléau d’aujourd’hui que nous imposent de nouvelles configurations sociopolitiques : la souffrance au travail.
    En préservant son indépendance, le Docteur Rodriguez préserve la dignité de ces femmes et ces hommes réduits au silence.
    Merci au Docteur Roux.
    Bravo et sincèrement merci de continuer à soigner ceux qui souffrent, envers contre tout.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *